Le Superamas de PersÚe-Poissons

Le Superamas de Persée-Poissons est le plus évident des superamas du ciel. Bien que, comme tous les superamas, il soit trop faible pour être vu à l'oeil nu, cette carte des galaxies les plus brillantes de cette région du ciel (d'après le Principal Galaxies Catalogue) montre bien sa prééminence. Le superamas de Persée-Poissons est un long mur dense de galaxies de presque 300 millions d'années lumière de long. A l'extrémité gauche du superamas, on trouve le massif 'amas de Persée' (A426), un des amas de galaxies les plus massifs à moins de 500 millions d'années lumière.

Le Superamas de Persée-Poissons

Ci-dessous, une liste des principaux amas de galaxies dans le superamas de Persée-Poissons, tels que listés dans le catalogue d'Abell. A426 est le plus important de tous, et possède une 'classe de richesse' de 2, ce qui indique un très riche amas galactique. A262 est également un amas assez riche, bien qu'il n'ait qu'une 'classe de richesse' de 0.

  1              2       3        4         5       6        7          
 Numéro         Coordonnées    Redshift  Distance  Rich    Notes        
 Abell         Equatoriales       z        Mal                        
                RA       Dec                                           
 A262         01 52.8  +36 09   .0151      210      0                   
 A347         02 25.8  +41 52   .0172      240      0                   
 A426         03 18.6  +41 31   .0167      230      2    Amas de Persée

Voici une liste de quelques uns des autres grands groupes galactiques du superamas de Persée-Poissons. Plusieurs de ces groupes sont très étendus, en particulier les groupes NGC 383 et NGC 507. Il y a également quelques groupes de galaxies autour de l'amas de Pégase qui font partie d'un superamas de moindre importance légérement détaché du superamas de Persée-Poissons.

   1             2       3        4         5       6        7          
 Nom du         Coordonnées    Redshift  Distance  Rich    Notes        
 Groupe         Equatoriales      z        Mal                          
                RA       Dec                                            
NGC7515       23 14.5  +13 19   .0149      205                          
Pegasus       23 20.0  +08 30   .0128      180                          
NGC7711       23 35.2  +15 37   .0131      180                          
NGC7831       00 08.2  +32 42   .0160      220                          
NGC 315       00 51.7  +30 43   .0160      220                          
NGC 383       01 10.2  +32 15   .0165      230                          
NGC 507       01 23.7  +33 15   .0161      225                          
NGC 691/697   01 50.6  +21 54   .0093      130                          
NGC 765/IC187 02 00.1  +24 53   .0164      225                          
NGC 777       02 00.7  +32 05   .0171      235                          
NGC 841       02 12.1  +37 33   .0152      210                          
NGC 877       02 17.8  +14 20   .0123      170                          
NGC 973       02 36.2  +32 48   .0157      220                          
Colonne 1: Le nom/référence de l'amas ou groupe.
Colonne 2: L'Ascension droite, pour l'époque 2000.
Colonne 3: La Déclinaison pour l'époque 2000.
Colonne 4: Le redshift de l'amas.
Colonne 5: La distance en millions d'années lumière, en supposant H=70km/s/Mpc.
Colonne 6: La classe de 'richesse' de l'amas (Pour les amas d'Abell seulement).
Colonne 7: Autres noms et notes.

References:
Abell G, Corwin H, Olowin R, (1989), A catalogue of Rich Clusters of Galaxies, 
          Astrophys J Supp, 70, 1.
Struble M, Rood H, (1999), A compilation of redshifts and velocity dispersions for 
          ACO clusters, Astrophys J, 125, 35.
Garcia A, (1993), General study of group membership. II. Determination of nearby groups.
          Astron Astrophys Supp, 100, 47.
Giuricin G, Marinoni C, Ceriani L, Pisani A, (2000), Nearby optical galaxies: selection
          of the sample and identification of groups. Astrophys J, 543, 178.
Geller M, Huchra J, (1983), Groups of Galaxies. III. The CfA Survey. 
          Astrophys J Supp, 52, 61.

Le Vide du Taureau

Non seulement le superamas de Persée-Poissons est le plus évident de notre ciel, mais il se trouve également à côté du vide le plus spectaculaire. Le vide du Taureau est un grand vide circulaire bordé de murs de galaxies de chaque côté. Le vide a un diamètre d'environ 100 millions d'années lumière. La plupart des galaxies portées sur la carte dans la région du vide sont en fait des galaxies d'arrière-plan qui se trouvent en dehors du vide.

Dessous : Il y a quelques galaxies à l'intérieur du vide. Ceci est une photo de UGC2627 (à RA=03h17m, Dec=31░34') et de sa galaxie compagne UGC2629. Ces deux galaxies se trouvent à 185 millions d'années lumière dans la moitié Nord du vide.

Le Vide du Taureau
UGC 2627

A426 - L'amas de Persée

L'amas de Persée est le second amas le plus proche vraiment riche qui contienne des milliers de galaxies. Le plus proche - A3627 - est pratiquement caché par le plan de notre Galaxie et se révèle difficile à observer. Cette image ci-dessous montre la partie centrale de l'amas de Persée. Les deux galaxies les plus brillantes au centre sont NGC1272 (à droite) et NGC1275 (à gauche). L'amas de Persée est également assez proche du plan de la Voie Lactée, c'est pourquoi une grande quantité de points lumineux de l'image sont en réalité des images de notre propre galaxie.

A426 (Digitized Sky Survey)
Voici une carte de l'amas de Persée. Elle indique la position de 122 des galaxies les plus brillantes dans une zone de 1 degré autour du centre de l'amas. Bien que dominé par de grandes galaxies elliptiques et lenticulaires, l'amas de Persée contient également de nombreuses galaxies spirales, tout comme l'amas de Coma. Une carte de l'amas de Persée

L'étude scientifique du Superamas de Persée-Poissons

Le superamas de Persée-Poissons fut un des premiers superamas découverts. Il a joué un grand rôle dans l'étude des structures à grande échelle de l'univers. Lors d'une conférence à l'observatoire de Tartu en Estonie en 1977 Mihkel Joeveer et Jaan Einasto posèrent la question 'L'univers a-t'il la structure d'une cellule?' Ils suggérèrent que l'univers soit constitué de grands superamas de galaxies entourant de larges vides. Bien que cette idée ait rencontré un scepticisme considérable à l'époque, elle s'est finalement révélée correcte. Leur étude contient cette carte du Superamas de Persée-Poissons, montrant la même région du ciel que la carte en haut de cette page. Ils produisirent un plus long article avec Erik Tago en Novembre 1978.

L'étude du superamas de Persée-Poissons fut révolutionnée par les efforts de Riccardo Giovanelli et Martha Haynes. Après un premier examen du superamas en 1983 (publié avec Guido Chincarini), ils entamèrent une étude systématique du superamas dans une série de 6 articles ( 1, 2, 3, 4, 5, 6), publiés entre 1985 et 1993. C'est en grande partie grâce à leurs efforts que ce superamas est maintenant un des mieux compris de notre univers.

L'amas de Persée (A426) a été étudié depuis des décennies. J Brunzendorf et H Meusinger, par example, ont produit un important catalogue des galaxies de l'amas en 1999. (C'est ce catalogue qui a été utilisé pour la carte ci-dessus de l'amas de Persée).

L'amas de Persée a été étudié de manière intensive dans les domaines radio et des rayons X. La grande galaxie elliptique NGC 1275 est une importante source radio, comme mentionné par P Leslie et B Elsmore dans cet article publié en 1961. NGC 1275 est également un puissant émetteur de rayons X. On peut trouver une carte d'émission de rayons X de l'amas de Persée (publiée par Branduardi-Raymont, Fabricant, Feigelson, Gorenstein, Grindlay, Soltan et Zamorani dans cet article en 1981) ici.

Les autres amas du superamas de Persée-Poissons sont également étudiés de manière occasionnelle. Par example, S Sakai, R Giovanelli et G Wegner ont publié cette étude de A262 et des groupes NGC383 et NGC507 en 1994.

Retour aux Superamas voisins