Le superamas de Coma

Le superamas de Coma (La Chevelure de Bérénice) est un des superamas les plus connus. Cette carte représente les galaxies les plus brillantes (d'après le Principal Galaxies Catalogue) de cette région du ciel. Dominant cette zone, on trouve l'amas de la Vierge - le plus proche amas riche de l'univers et l'amas dominant du superamas de la Vierge. Au dessus de l'amas de la Vierge et beaucoup plus éloignés, on trouve deux amas encore plus riches - A1367 et A1656. Ce sont les deux amas principaux du superamas de Coma.

Le Superamas de Coma

Ci dessous une liste des principaux amas du superamas de Coma. Le superamas ne contient que deux amas de galaxies principaux, mais ce sont tous deux des amas extrèmement riches de classe de richesse '2'. A1656 est cependant plus vaste et plus riche que A1367.

   1             2       3        4         5       6        7          
 Numéro         Coordonnées    Redshift  Distance  Rich    Notes        
 Abell          Equatoriales      z        Mal                        
                RA       Dec                                           
 A1367        11 44.5  +19 50   .0208      290      2    amas du Lion 
 A1656        12 59.8  +27 59   .0219      305      2    amas de Coma

Et voici une liste des autres groupes importants dans le voisinage du superamas de Coma. Quelques uns d'entre eux sont des groupes à l'avant plan qui se situent entre le superamas de la Vierge et celui de Coma. Ces deux superamas sont reliés entre eux par quelques petits murs de galaxies.

   1             2       3        4         5       6        7          
 Nom du         Coordonnées    Redshift  Distance  Rich    Notes        
 Groupe         Equatoriales      z        Mal                          
                RA       Dec                                           
IC 698        11 28.7  +09 04   .0210      290                        
UGC6583       11 36.9  +19 58   .0214      295           A1367-Est   
NGC3801       11 40.9  +17 27   .0108      150                        
NGC3902       11 50.5  +25 59   .0120      165                        
NGC3995       11 57.0  +32 19   .0106      145                        
NGC4005       11 58.2  +25 11   .0153      210                        
NGC4017       11 58.4  +27 46   .0114      160                        
NGC4065       12 04.5  +20 18   .0235      325                        
NGC4169       12 12.1  +29 07   .0127      175                        
NGC4213       12 15.8  +23 58   .0233      320                        
NGC4956       13 06.4  +35 14   .0160      220                        
NGC5056       13 21.7  +31 35   .0214      295           A1656-Ouest   
NGC5127       13 24.6  +31 30   .0162      225                        
NGC5174       13 29.5  +11 44   .0232      320                        
IC 944        13 52.0  +14 05   .0234      325                        
IC4342        13 55.4  +25 05   .0293      405                        
Colonne 1: Le nom/référence de l'amas ou groupe.
Colonne 2: L'Ascension droite, pour l'époque 2000.
Colonne 3: La Déclinaison pour l'époque 2000.
Colonne 4: Le redshift de l'amas.
Colonne 5: La distance en millions d'années lumière, en supposant H=70km/s/Mpc.
Colonne 6: La classe de 'richesse' de l'amas (Pour les amas d'Abell seulement).
Colonne 7: Autres noms et notes.

References:
Abell G, Corwin H, Olowin R, (1989), A catalogue of Rich Clusters of Galaxies, 
          Astrophys J Supp, 70, 1.
Struble M, Rood H, (1999), A compilation of redshifts and velocity dispersions for 
          ACO clusters, Astrophys J, 125, 35.
Garcia A, (1993), General study of group membership. II. Determination of nearby groups.
          Astron Astrophys Supp, 100, 47.
Giuricin G, Marinoni C, Ceriani L, Pisani A, (2000), Nearby optical galaxies: selection
          of the sample and identification of groups. Astrophys J, 543, 178.
Geller M, Huchra J, (1983), Groups of Galaxies. III. The CfA Survey. 
          Astrophys J Supp, 52, 61.
White R, Bliton M, Bhavsar S, Bornmann P, Burns J, Ledlow M, Loken C, (1999), Catalog 
          of nearby poor clusters of galaxies.  Astron J, 118, 2014.

A1656 - L'amas de Coma

L'amas de Coma (A1656) est un des plus connus parmi les amas galactiques. Il a fait l'objet d'un grand nombre d'études scientifiques, en partie parce qu'il s'agit d'un amas très riche qui contient des milliers de galaxies. Une autre raison tient au fait que l'amas de Coma se trouve très loin du plan de notre Galaxie (à l'inverse de l'amas de Persée, ou de l'amas A3627), ainsi sa vue n'est pas obscurcie par la poussière, le gaz et les étoiles de notre galaxie.

L'amas de Coma est dominé par deux énormes galaxies elliptiques. Ce sont NGC4874 (à droite) et NGC4889 (à gauche), qui ont toutes deux un diamètre supérieur à 250000 années lumière et sont beaucoup plus massives que n'importe quelle autre galaxie du superamas de la Vierge. Sur l'image, on voit nettement une étoile de premier plan, HD112887, étoile de huitième magnitude, éloignée de 265 années lumière.

A1656 (Digitized Sky Survey)
Voici une carte de la région centrale de l'amas de Coma. Elle indique les positions de 118 des plus brillantes galaxies du coeur de cet amas. On remarque immédiatement le peu de galaxies spirales, et l'absence de galaxies irrégulières brillantes. Quasiment toutes les galaxies sont elliptiques ou lenticulaires.
Une des théories les plus populaires sur la formation des galaxies elliptiques et lenticulaires veut que celles ci se forment suite à la fusion de galaxies plus petites. Dans l'environnement dense de l'amas de Coma, il y a vraisemblablement eu beaucoup de fusions de galaxies durant des milliards d'années, et le résultat est ainsi un amas avec très peu de galaxies spirales ou irrégulières.
Une carte de l'amas de Coma
Une carte de l'amas de Coma Voici une seconde carte de l'amas de Coma. Celle-ci couvre une étendue de quatre degrés (contre deux tiers de degrés pour la précédente). Les points bleus indiquent les galaxies spirales ou irrégulières, elles sont visiblement plus nombreuses dans les zones périphériques de l'amas. Ce fait est habituel dans les amas très riches - les galaxies elliptiques/lenticulaires se trouvent au milieu de l'amas et les galaxies spirales/irregulières en périphérie.

L'étude scientifique du superamas de Coma

Le superamas de Coma a joué un rôle de premier plan dans notre compréhension de la structure de l'univers. Ce fut l'un des premiers superamas à être détecté. Dans le même temps que Mihkel Joeveer et Jaan Einasto en Estonie suggéraient que l'univers puisse être rempli de superamas et de vides (voir la page sur le superamas de Persée-Poissons), Stephen Gregory et Laird Thompson aux USA accumulaient des preuves dans ce sens. En 1978 ils soumirent à Astrophysical Journal un article intitulé 'Le superamas de Coma/A1367 et ses environs'. L'article contient cette carte du superamas montrant comment les deux principaux amas sont contenus dans un seul grand superamas. Laird Thompson a écrit une page à propos de leur Découverte des Superamas et des Vides.

En 1986 Valerie de Lapparent, Margaret Geller et John Huchra établirent ce qui est certainement la plus célèbre carte de la structure de l'univers jamais faite. Dans un article intitulé 'Une tranche de l'univers' ils établirent cette célèbre carte du superamas de Coma. Ce dessin fut publié dans des journaux et des magazines du monde entier parce qu'elle montrait l'amas de Coma (ressemblant à une silhouette en fil de fer) au centre d'un 'Grand Mur' de galaxies d'une longueur d'environ 600 millions d'années lumière. Cette carte confirmait que les galaxies dans l'univers sont arrangées en feuilles et en murs entourant de larges régions quasiment vides.

Depuis 1986, Le Center for Astrophysics (CfA) de l'Université de Harvard a continué l'exploration de cette région du ciel. John Huchra a écrit cette page web pour expliquer cette exploration.

L'amas de Coma (A1656) a également joué un rôle clé dans la compréhension de notre univers. En 1933, Fritz Zwicky soumit un article à un journal suisse (Helvetica Physica Acta 6, 110) sous le titre: 'Die Rotverschiebung von extragalaktischen Nebeln', ('Le redshift des nébuleuses extragalactiques'). En étudiant les vitesses des galaxies dans l'amas, il a montré que l'amas devait contenir beaucoup plus de matière noire, invisible, que de matière visible. Il synthétisa ensuite ses découvertes dans cet article publié dans Astrophysical Journal en 1937. Bien que correctes, ses recherches furent ignorées des autres astronomes jusque dans les années 1970 quand ceux-ci commencèrent à comprendre que la plus grande partie de la matière dans l'univers devait être de type sombre, non visible. La nature exacte de cette 'matière noire' est toujours un mystère mais elle consiste probablement en d'énormes quantités de petites particules subatomiques présentes à travers tout l'univers.

Un énorme travail scientifique est dirigé vers l'amas de Coma. Seul l'amas de la Vierge a reçu autant d'attentions. Durant les cinq années de 1997 à 2001 environ 125 articles ont été publiés relatifs à l'amas de Coma, (à peu près le même nombre d'articles a été publié à propos de l'amas de la Vierge durant la même période).

L'amas du Lion (A1367) est aussi un amas très riche, mais n'étant pas aussi riche que celui de Coma, il n'est pas autant étudié. (Entre 1997 et 2001 environ 11 articles furent écrits à propos de cet amas).


A1367 - L'amas du Lion

Ci-dessous, une image d'une partie de l'amas du Lion. Il n'est pas aussi célèbre que celui de Coma, parce qu'il est plus petit et contient moins de galaxies. La brillante galaxie elliptique au centre est NGC 3842 et la grande galaxie spirale sur la gauche est NGC 3861.

A1367 (Digitized Sky Survey)

Retour aux Superamas voisins