Le Superamas du Centaure

Le superamas du Centaure est le plus proche des grands superamas. Cette carte ci-dessous est un tracé des galaxies les plus brillantes (à partir du Principal Galaxies Catalogue) dans cette région du ciel. Le superamas est la structure reconnaissable au milieu de la carte. Il faut noter que le plan de la Voie Lactée traverse cette région du ciel - aussi les photographies de galaxies dans la région du Superamas du Centaure sont-elles souvent polluées par de nombreuses étoiles en avant-plan.

Le Superamas du Centaure

Ci-dessous une liste des principaux amas de galaxies dans la région du superamas du Centaure. L'amas dominant du superamas est A3526 - connu sous le nom d'amas du Centaure. Curieusement, il est indiqué avec une classe de 'richesse' de 0 dans le catalogue d'Abell alors qu'il s'agit probablement d'un amas de classe 1. A3565, à l'opposé, est un amas bien plus pauvre et devrait sans doute être considéré de classe 0. Egalement proche du superamas du Centaure, se trouve l'amas de l'Hydre (A1060) et l'amas de Norma (A3627) fortement assombri, qui pourrait bien être un des plus importants amas de l'univers proche.

   1              2       3        4         5       6        7              
 Numéro          Coordonnées    Redshift  Distance  Rich    Notes            
 Abell          Equatoriales       z        Mal                            
                 RA       Dec                                              
 A1060         10 36.9  -27 32   .0114      160      1    amas de l'Hydre    
 A3526         12 48.9  -41 18   .0102      140      0    amas du Centaure
 A3565         13 36.7  -33 58   .0111      155      1                     
 A3574         13 49.2  -30 18   .0148      205      0                     
 A3581         14 07.5  -27 01   .0218      300      0                     
 A3627         16 15.5  -60 54   .0145      200      1    amas de Norma     

Voici une liste de quelques uns des autres grands groupes galactiques du superamas du Centaure. Ces groupes contiennent en moyenne 10 à 20 grandes galaxies chacun. Le groupe NGC4709 est particulièrement intéressant, c'est un grand groupe qui se trouve juste derrière l'amas du Centaure.

   1              2       3        4         5       6        7              
 Nom du          Coordonnées    Redshift  Distance  Rich    Notes            
 Groupe         Equatoriales       z        Mal                                
                 RA       Dec                                              
ESO320-26      11 51.1  -38 27   .0090      125                            
NGC4304/IC3253 12 21.0  -35 10   .0083      115                            
NGC4373/IC3370 12 27.2  -39 20   .0095      130                            
NGC4709        12 49.0  -41 00   .0144      200                            
ESO507-25      12 51.0  -26 30   .0101      140                            
ESO443-24      13 01.8  -32 12   .0161      225                            
NGC4936        13 04.2  -30 20   .0100      140                            
ESO508-19      13 08.1  -23 44   .0091      125                            
NGC5011/5090   13 15.0  -43 30   .0106      145                            
NGC5044        13 15.1  -16 28   .0084      115                            
NGC5156/5064   13 17.9  -47 15   .0093      130                            
NGC5152        13 27.0  -29 42   .0135      185                            
NGC5419/5488   14 06.0  -33 42   .0134      185                            
Colonne 1: Le nom/référence de l'amas ou groupe.
Colonne 2: L'Ascension droite, pour l'époque 2000.
Colonne 3: La Déclinaison pour l'époque 2000.
Colonne 4: Le redshift de l'amas.
Colonne 5: La distance en millions d'années lumière, en supposant H=70km/s/Mpc.
Colonne 6: La classe de 'richesse' de l'amas (Pour les amas d'Abell seulement).
Colonne 7: Autres noms et notes.

References:
Abell G, Corwin H, Olowin R, (1989), A catalogue of Rich Clusters of Galaxies, 
          Astrophys J Supp, 70, 1.
Struble M, Rood H, (1999), A compilation of redshifts and velocity dispersions for 
          ACO clusters, Astrophys J, 125, 35.
Fouqué P, Gourgoulhon E, Chamaraux P, Paturel G, (1992), Groups of Galaxies within 
          80 Mpc, Astron Astrophys Supp, 93, 211.
Garcia A, (1993), General study of group membership. II. Determination of nearby groups.
          Astron Astrophys Supp, 100, 47.
Giuricin G, Marinoni C, Ceriani L, Pisani A, (2000), Nearby optical galaxies: selection
          of the sample and identification of groups. Astrophys J, 543, 178.

Une deuxième carte du superamas du Centaure. C'est une vue rapprochée du superamas montrant tous les groupes principaux listés dans les tables précédentes. Le superamas du Centaure est un superamas en longueur qui s'étire loin de nous. A3581 est le plus distant des amas à 300 millions d'années lumière de la Terre, bien qu'à cette distance, il soit difficile de dire s'il appartient vraiment au superamas. Le superamas du Centaure

A3526 - L'amas du Centaure

L'amas du Centaure - A3526 est le plus proche amas de galaxies listé dans le catalogue d'Abell (qui ne comprend pas l'amas de la Vierge). L'amas contient à peu près autant de galaxies que ceux de la Vierge et de l'Hydre. Cette photographie montre une région du ciel de 2° de champ centrée sur l'amas. Il y a des milliers d'étoiles au premier plan sur cette image, mais les galaxies les plus brillantes sont clairement visibles sous forme de petites taches blanches. La plus brillante est NGC 4696 - une galaxie elliptique massive.

A3526 (Digitized Sky Survey)

Ci-dessous une carte de l'amas du Centaure. Elle indique les positions de 118 des plus brillantes galaxies de l'amas. Quelques unes de ces galaxies sont en fait des galaxies plus lointaines qui appartiennent à un amas séparé qui se trouve 60 millions d'années lumière derrière celui du Centaure. Ceci inclut NGC 4709, qui est la deuxième galaxie la plus brillante de cette région. Il est peut-être préférable de considérer l'amas du Centaure comme deux amas superposés l'un à l'autre.

Une carte de l'amas du Centaure

L'étude scientifique du Superamas du Centaure

L'étude systématique du superamas du Centaure a commencé dans les années 80. da Costa, Numes, Pellegrini, Willmer, Chincarini et Cowan ont sorti une des premières études importantes des galaxies dans les régions du Centaure (et de l'Hydre) dans cet article paru en 1986 et dans un second article en 1987.

On a bientôt soupçonné la présence d'un superamas bien plus grand, situé 500 millions d'années lumière derrière celui du Centaure. (Par example Melnick et Moles dans cet article publié en 1987). Il s'agit du Superamas de Shapley. La plupart des études scientifiques sur la région du Centaure ces dernières années se sont focalisées sur le superamas de Shapley parce qu'il est l'un des plus grands et des plus denses à moins d'un milliard d'années lumière.

L'amas du Centaure (A3627) est le plus proche amas riche de galaxies après celui de la Vierge et il a été étudié depuis plusieurs décennies (un bon exemple ancient est cet article de J Dawe, R Dickens et B Peterson). La meilleure étude de l'amas du Centaure est probablement celle de J Lucey, M Currie et R Dickens dans une série de 3 articles ( 1, 2, 3 ) de 1986. Leur second article montre que l'amas du Centaure est en fait constitué de deux amas superposés l'un derrière l'autre.

L'amas du Centaure est aussi un puissant émetteur de rayons X, comme indiqué, par example, par S Allen et A Fabian dans cet article de 1994. Ils ont établi cette carte dans le domaine des rayons X de l'amas.

L'amas du Centaure continue à être l'objet d'investigations scientifiques, H Jerjen et A Dressler ont établi ce catalogue des galaxies dans l'amas en 1997.


A3627 et la chasse au Grand Attracteur

En 1987 D Burstein, R Davies, A Dressler, S Faber, D Lynden-Bell, R Terlevich et G Wegner, en étudiant les vitesses des galaxies dans l'univers proche, ont mis en évidence dans une série d'articles ( 1, 2) l'existence d'un mouvement à grande échelle vers la région du Centaure. Ils ont appelé cette région le 'Grand Attracteur'. Malheureusement, l'emplacement exact de l'objet qui attire ainsi les galaxies se trouve tout près du plan de notre Galaxie, et il est alors caché par le gaz, la poussière et les étoiles de la Voie Lactée.

Une carte caractéristique de distribution des vitesses dans l'univers proche (d'après Dynamics of Cosmic Flows par A Dekel) est montrée à droite. Cette carte indique les vitesses des galaxies proches du plan supergalactique. Notre galaxie est au centre. Sur la gauche de la carte se trouve une concentration de matière qui semble attirer les galaxies vers elle.

Carte de vitesses indiquant le Grand Attracteur

Kraan-Korteweg, Woudt, Cayatte, Fairall, Balkowski et Henning montrent dans cet article de 1996 qu'il existe un grand amas de galaxies dans cette région qui n'avait pas été découvert. Il s'agit de l'amas A3627 (ou 'amas de Norma'). Une étude soigneuse de cet amas montre qu'il s'agit d'un amas massif d'une taille équivalente à ceux de Coma ou de Persée. Il est ainsi le plus proche des amas très riches qui contiennent des milliers de grandes galaxies. Il est très difficile à voir, et les photographies à grand-angle de cette région ne montrent généralement rien d'autre que des milliers d'étoiles de premier plan.

Carte de A3627 en rayons X. A gauche : une photographie de 2 degrés de champ centrée sur l'amas A3627 ne montre pas grand chose d'autre que les étoiles de la Voie Lactée. Mais si on superpose à l'image les emplacements des puissantes sources de rayons X (en vert) du ROSAT All-Sky Survey, une importante structure apparait alors. Il s'agit de l'amas A3627.

Ceci n'est surement pas le mot final de l'histoire du Grand Attracteur. Bien que A3627 soit un amas massif, il ne peut l'être assez pour attirer ainsi autant de galaxies. Il existe la possibilité d'un second amas riche encore plus près du plan de notre Galaxie, et encore plus difficile à discerner. R Kraan-Korteweg et P Woudt rapportent l'existence d'une puissante radio-source (nommée PKS1343-601) derrière la Voie Lactée qui pourrait bien être un autre amas riche de galaxies.

Retour aux Superamas voisins