Le Superamas de la Couronne Boréale

Bien qu'il soit distant d'un milliard d'années lumière de nous, le superamas de la Couronne Boréale est remarquable de par sa concentration en amas galactiques. Cette carte indique toutes les galaxies de magnitude inférieure à 17 (d'après la base de données LEDA ) dans cette région du ciel. Les emplacements des principaux amas de galaxies du superamas de la Couronne Boréale sont indiqués au centre. Sur la gauche de la carte, on trouve l'extrémité du superamas d'Hercules , environ à mi-distance.

The Corona Borealis Supercluster

Voici une liste des amas qui composent le superamas de la Couronne. A2065 est le plus remarquable, bien qu'un certain nombre d'autres amas soient également très riches. Deux de ces amas, A2122 et A2124, sont en fait le même amas. A2124 représente le centre de l'amas, et A2122 est une extension de celui-ci vers l'Est.

   1           2       3        4         5       6          7 
 Numéro       Coordonnées    Redshift  Distance  Rich      Notes 
 Abell       Equatoriales       z        Mal                              
              RA       Dec                                                    
 A2005      14 58.7  +27 49   .0762     1025      2                           
 A2019      15 03.0  +27 11   .0795     1065      0                           
 A2022      15 04.3  +28 25   .0566      770      1    amas d'avant plan  
 A2056      15 19.2  +28 16   .0834     1115      1                           
 A2061      15 21.3  +30 39   .0772     1035      1                           
 A2065      15 22.7  +27 43   .0714      960      2    amas de la Couronne
 A2067      15 23.2  +30 54   .0736      990      1                           
 A2079      15 28.1  +28 53   .0649      875      1  
 A2089      15 32.7  +28 01   .0720      970      1  
 A2092      15 33.3  +31 09   .0657      890      1  
 A2122      15 44.5  +36 08   .0649      875      1  
 A2124      15 45.0  +36 04   .0649      875      1   
Colonne 1: Le nom/référence de l'amas ou groupe.
Colonne 2: L'Ascension droite, pour l'époque 2000.
Colonne 3: La Déclinaison pour l'époque 2000.
Colonne 4: Le redshift de l'amas.
Colonne 5: La distance en millions d'années lumière, en supposant H=70km/s/Mpc.
Colonne 6: La classe de 'richesse' de l'amas (Pour les amas d'Abell seulement).
Colonne 7: Autres noms et notes.

References:
Abell G, Corwin H, Olowin R, (1989), A catalogue of Rich Clusters of Galaxies, 
          Astrophys J Supp, 70, 1.
Struble M, Rood H, (1999), A compilation of redshifts and velocity dispersions for 
          ACO clusters, Astrophys J, 125, 35.

A2065 - L'amas de la Couronne Boréale

Voici une photographie du centre de l'amas A2065. Cet amas est souvent appelé l'amas de la Couronne Boréale. C'est le plus riche des amas qui composent le superamas de la Couronne. Cet amas est particulièrement connu par le fait qu'il servit à Milton Humason et Edwin Hubble dans les années 1930 pour démontrer l'expansion de l'univers.

A2065 - from the Digitized Sky Survey
Voici une carte de l'amas A2065. Elle mentionne 119 des plus brillantes galaxies de l'amas. Beaucoup de ces galaxies n'ont pas été précisemment classifiées, donc quelques indications de forme sont sans doute fausses. Il n'en demeure pas moins que cet amas contient une large variété de galaxies de tous types. A map of the A2065 cluster

L'étude scientifique du superamas
de la Couronne Boréale

La possibilité qu'il puisse exister un superamas dans la Couronne Boréale a été suggéré dès les années 1950. George Abell examina son propre catalogue des Amas Riches de Galaxies (publié en 1958) , à la suite de quoi il publia cet article en 1961 dans lequel il inclut le superamas de la Couronne en tant que numéro 13 dans une liste de 17 superamas possibles.

La première étude du superamas de la Couronne en tant que tel fut publiée par M Postman, M Geller et J Huchra en 1988. Ils étudièrent le mouvement de sept amas du superamas, et estimèrent ainsi la masse totale du superamas.

Plus récemment, en 1997 et 1998, T Small, C Ma, W Sargent et D Hamilton, ont publié trois articles sur ce superamas ( 1, 2, 3). Ils remarquèrent la présence, derrière le superamas de la Couronne Boréale, d'un autre superamas (associé avec A2034, A2049, A2062, A2069 et A2083) à une distance d'un milliard et demi d'années lumière (redshift 0.113). Ils pensent aussi que les amas au centre du superamas de la Couronne sont en train de s'effondrer et ne formeront plus à terme qu'un seul énorme amas.

F Kopylova et A Kopylov sont d'accord avec eux. Ils ont publié en 1988 des preuves comme quoi le coeur du superamas (consistué par A2061, A2065, A2067, A2089 et A2092) est "dans un état d'effondrement gravitationnel rapide," (sur une échelle de temps de milliards d'années).

L'amas de la Couronne (A2065) fut découvert dans les années 1930 par Edwin Hubble. En 1936, Milton Humason a mesuré le redshift de l'une des galaxies de l'amas (PGC 54876) pour montrer que la vitesse est proportionnelle à la distance pour un grand nombre d'amas distants. Ceci est une preuve fondamentale de l'expansion de l'univers.


Ci dessous - une image de l'amas A2061. Il s'agit encore de l'un des riches amas de galaxies du superamas de la Couronne Boréale. La galaxie elliptique au centre est PGC 54787.

A2061 - from the Digitized Sky Survey

Retour aux Superamas voisins