Un Atlas de l'Univers - Glossaire

 
Amas d'Abell
Voir Amas riche de galaxies, Catalogue d'Abell.
Amas de galaxies
Une concentration de galaxies liées ensemble par la gravitation. Le terme 'amas' se réfère habituellement à un ensemble de plusieurs dizaines ou centaines de galaxies, tandis que le terme de 'groupe' s'applique à de plus petites concentrations.
Amas d'étoiles
Voir Amas ouvert, Amas globulaire.
Amas d'étoiles ouvert
Un amas d'étoiles contient habituellement plusieurs centaines de membres confinés dans une région de moins de 20 années lumière. Ces amas se trouvent généralement près des zones de formation d'étoiles dans les bras spiraux des galaxies.
Amas Globulaire
Un amas sphérique de plusieurs milliers d'étoiles. Les amas globulaires ont en général une taille de 50 à 150 années lumière et sont éparpillés dans un halo sphérique entourant une galaxie.
Amas riche de galaxies
Un amas de galaxies qui contient des centaines de grandes galaxies. L'amas riche le plus proche est celui de la Vierge. Les plus riches des amas peuvent contenir des milliers de grandes galaxies. La plupart des amas riches de l'univers proche sont listés dans le Catalogue d'Abell.
Année lumière
La distance parcourue par la lumière en une année. Elle vaut 0.3066 parsecs soit 9461 milliards de km ou encore 63 240 unités astronomiques.
Ascension Droite
Voir Coordonnées Equatoriales.
Association
Voir Association OB.
Association OB
Un groupe lache de quelques dizaines ou centaines d'étoiles très brillantes éparpillées sur plusieurs centaines d'années lumière. Les étoiles d'une association OB se sont formées dans la même région de l'espace et s'éloignent lentement les unes des autres. On les trouve en général dans les bras spiraux des galaxies.
Association stellaire
Voir Association OB.
Bright Star Catalog
Un catalogue regroupant pratiquement toutes les étoiles plus brillantes que la magnitude +6.5 publié par le Yale University Observatory. La version initiale a été publiée en 1908 sous le nom de Harvard Revised Photometry Catalog. La version actuelle est la cinquième édition, et contient 9096 étoiles.
Catalogue d'Abell
Un catalogue de 2712 amas riches de galaxies produit par George Abell en 1958 à partir d'un examen approfondi des plaques du Palomar Sky Survey. Il a été enrichi en 1989 par Abell, Corwin et Olowin pour y inclure 1364 amas supplémentaires situés dans l'hémisphère sud profond qui n'était pas couvert par le Palomar Sky Survey d'origine. Il contient la plupart des amas riches de galaxies dans un rayon de 3 milliards d'années lumière.
Cataloge de Barnard
Un catalogue de 349 nébuleuses sombres, au dessus de la déclinaison Nord -35° édité par E Barnard en 1927.
Catalogue Bonner Durchmusterung
Un catalogue de 325 037 étoiles de l'hémisphère nord, édité entre 1859 et 1862 avec un supplément de 134 833 étoiles de l'hémisphère sud, édité en 1886. Plus tard, sont apparus deux grands catalogues d'étoiles relatifs à l'hémisphère sud : le Cordoba Durchmusterung (613 959 étoiles) édité entre 1892 et 1932, et le Cape Photographic Durchmusterung (454 877 étoiles) édité entre 1895 et 1900.
Catalogue Giclas
Nom commun donné au catalogue Lowell Proper Motion Survey produit dans les années 1970 et contenant 11 747 étoiles possédant un mouvement apparent important.
Catalogue Gliese
Nom commun donné à trois catalogues d'étoiles proches, et compilés par W Gliese (et plus tard par H Jahreiß) en 1957, 1969 et 1993. Le troisième catalogue qui liste 3803 étoiles situées à moins de 25 parsecs n'a été publié que sous une forme préliminaire, et en dépit d'allusions à un quatrième catalogue, celui-ci ne semble pas vouloir apparaitre.
Catalogue de Henry-Draper
Un catalogue des classes spectrales de 272 150 étoiles produit entre 1918 et 1924.
Catalogue Hipparcos
Un catalogue de 118 218 étoiles établi par le satellite Hipparcos lancé en 1989. Il a mesuré la parallaxe de ces étoiles, fournissant ainsi des distances précises pour des dizaines de milliers d'étoiles jusqu'à 1000 années lumière.
Catalogue IC
Index Catalog. Un supplément au Catalogue NGC comprenant quelques 5386 amas d'étoiles, nébuleuses et galaxies. C'est en fait une combinaison de deux catalogues, le premier publié en 1895 et le second en 1908. Voir aussi Catalogue NGC.
Catalogue NGC
Le New General Catalog. Un catalogue de 7840 des plus brillants amas d'étoiles, nébuleuses et galaxies publié par J Dreyer en 1888. Voir aussi Catalogue IC.
Catalogue Yale
Voir Bright Star catalog.
Classification des étoiles
Voir Classification spectrale.
Classification Spectrale
Système de classification des étoiles. Les étoiles sont rangées dans sept catégories principales: O, B, A, F, G, K et M en partant des étoiles très chaudes blanc bleuté jusqu'aux étoiles rouges les plus froides. Un nombre (de 0 à 9) est souvent ajouté pour déterminer une sous-classe. Un chiffre romain est quelquefois utilisé en plus pour indiquer la taille de l'étoile. Les étoiles supergéantes sont de classe I, les étoiles géantes de classe III, et les étoiles ordinaires de la séquence principale sont rangées dans la classe V. (Les types II et IV sont des types intermédiaires). Le Soleil est ainsi classé dans le type G2V, tandis qu' Arcturus - une étoile géante orange - est du type K2III.
Constante de Hubble
La donnée qui décrit la vitesse d'expansion de l'univers en fonction du temps. La constante de Hubble est utilisée pour déterminer la taille et l'age de l'univers, et permet également de faire correspondre le redshift d'une galaxie avec une estimation de distance. La constante de Hubble n'est pas connue avec précision mais se situe quelque part entre 55 et 80 km/s/Mpc.
Constellation
Dessin d'étoiles aléatoire dans le ciel nocturne produit par des alignements d'étoiles de différentes luminosités, et située à des distances différentes. Il y a 88 constellations - 48 étaient connues des anciens Grecs, et les 40 autres ont été ajoutées après 1600.
Coordonnées Equatoriales
Le système de coordonnées le plus fréquemment utilisé par les astronomes. Il est équivalent aux coordonnées terrestres de latitude et de longitude projetées sur le ciel, mais ici la longitude s'appelle Ascension Droite et la latitude Declinaison. Pour des raisons historiques, l' Ascension Droite n'est pas mesurée en degrés mais en 'heures' - 24 heures étant l'équivalent de 360 degrés. Une autre complication de ce système provient de ce que ces coordonnées varient lentement avec le temps - les positions des étoiles pour 1950 sont par exemple légérement différentes de celles de l'année 2000.
Coordonnées Galactiques
Un système de coordonnées basé sur le plan de la Galaxie. Il est centré sur le Soleil, et le point de longitude et latitude 0 pointe directement vers le centre de la galaxie. Les symboles utilisés pour les coordonnées galactiques sont l (longitude) et b (latitude). Le point de latitude et longitude Galactique 0 se situe à AD=17h45m37s Dec=-28°56'10", et le pôle Nord Galactique à AD=12h51m26s Dec=+27°07'42", (coordonnées époque 2000 ).
Coordonnées Galactocentriques
Le même système de coordonnées que les coordonnées galactiques mais dont l'origine se trouve au centre de la Galaxie. La légère incertitude sur la distance exacte au centre galactique restreint fortement l'usage de ce système de coordonnées.
Coordonnées Supergalactiques
Un système de coordonnées basé sur le plan approximatif du Superamas de la Vierge. Le plan supergalactique passe par le Soleil et le milieu de l'amas de la Vierge. Plusieurs superamas proches se trouvent aussi dans ce plan. Les symboles utilisés pour les coordonnées supergalactiques sont L (longitude) et B (latitude). Le point de latitude supergalactique zéro est situé à AD=02h49m14s Dec=+59°31'42", et le pôle Nord supergalactique est à AD=18h55m01s Dec=+15°42'32", (coordonnées époque 2000).
Declinaison
Voir Coordonnées équatoriales.
Etoile géante
Une étoile de la taille du Soleil terminera sa vie, au bout de quelques milliards d'années, en gonflant démesurément suite aux changements d'équilibre dans son noyau. La température de surface va alors tomber et l'étoile rougir, cet état va durer plusieurs millions d'années avant que l'étoile n'éjecte ses couches périphériques et ne devienne une naine blanche . Voir aussi Naine blanche, Etoile supergéante.
Etoile naine
Une étoile ordinaire de la séquence principale comme le Soleil, qui brûle de l'hydrogène dans des réactions nucléaires en son coeur. Les plus grosses étoiles naines peuvent être beaucoup plus grandes que le Soleil. Voir aussi Etoile géante, Etoile supergéante.
Etoile naine blanche
Le reste mourant d'une étoile géante qui a soufflé ses couches périphériques pour laisser voir son coeur extrémement chaud. Seules les plus jeunes des naines blanches sont vraiment blanches, après des milliards d'années elle refroidissent doucement en changeant de couleur, passant au jaune ou à l'orange (en fait les plus froides des naines blanches sont vues comme bleues parce que l'atmosphère d'hydrogène compressé qui les entoure filtre la lumière rouge). Ces étoiles finiront en naines noires, totalement mortes, mais l'univers ayant moins de 15 milliards d'années, aucune n'est encore arrivé à ce stade. Elles sont classées dans le type D.
Etoile naine jaune
Toute étoile jaune de la taille approximative du Soleil. Elles sont classées dans le type G.
Etoile naine orange
Etoile dont la luminosité est intermédiaire entre les étoiles jaunes du type du Soleil et les naines rouges. Elles sont classées dans le type stellaire K.
Etoile naine rouge
La plus petite et plus faible des étoiles. Environ 80% des étoiles sont des naines rouges, mais aucune n'est visible à l'oeil nu depuis la Terre. Comme leur luminosité est très faible -environ 1% au plus de celle du Soleil - les plus petites d'entre elles doivent pouvoir durer des milliers de milliards d'années. Elles sont classées dans le type M.
Etoile à Neutrons
Le coeur d'une étoile supergéante qui s'effondre durant une explosion de supernova acquière une densité si importante qu'il est entièrement composé de neutrons. La plupart des étoiles entre 8 et 60 masses solaires finissent leur vie ainsi, laissant derrière elles une étoile à neutrons d'environ 1.4 masse solaire. Une étoile à neutrons mesure environ 10 kilomètres de diamètre et possède une densité extraordinaire - une cuillère à café de matière pèse des centaines de millions de tonnes. Voir aussi Trou noir.
Etoile de la sequence principale
Une étoile standard comme le Soleil qui brule de l'hydrogène dans des réactions nucléaires pour produire de l'énergie. Les autres types d'étoiles comprennent les : étoiles géantes, supergéantes et les naines blanches.
Etoile Supergéante
Une étoile qui pèse plus de 3 masses solaires deviendra à la fin de sa vie une étoile supergéante lorsqu'elle aura épuisé son hydrogène, et que ses couches périphériques vont gonfler. Les étoiles supergéantes sont les plus grosses et les plus brillantes de toutes les étoiles et elles finissent généralement par exploser en une supernova et en créant ainsi une étoiles à neutrons ou un trou noir. Voir aussi Etoile naine, Etoile géante.
Etoile variable
Une étoile dont la luminosité varie. Il y en a plusieurs types, certaines pouvant changer de luminosité en l'espace de quelques minutes tandis que d'autres changent lentement au fil des mois. Les 334 premières étoiles variables découvertes dans une constellation reçoivent une ou deux lettres code comme R Scuti ou UV Ceti. Les autres sont nommées V335, V336, etc. Proxima Centauri par exemple est connue comme une étoile variable sous le nom de V645 Centauri.
Galaxie
Une vaste concentration de millions ou de milliards d'étoiles . Il y a quatre grands types de galaxies: Galaxies Elliptiques, Galaxies Lenticulaires, Galaxies Spirales et Galaxies Irrégulières. Notre galaxie, la Voie Lactée contient 200 milliards d'étoiles, mais les plus grandes peuvent en contenir plusieurs trillions. Voir aussi Galaxie naine.
Galaxie barrée
Une galaxie possédant une barre d'étoiles en son centre.
Galaxie elliptique
Une galaxie qui possède une forme arrondie ou ovale. Elles sont classées en temps que type E et se déclinent selon leur forme du type E0 - circulaire, au type E7 - fortement elliptique.
Galaxie Irregulière
Une galaxie avec une forme irrégulière, qui ne montre pas de structure spirale ou de forme elliptique. Elles sont classées dans le type Irr.
Galaxie Lenticulaire
Une galaxie dont la forme rappelle celle d'une lentille. Elles sont intermédiaires entre les galaxies elliptiques et les galaxies spirales . Elles sont classées dans le type S0.
Galaxie naine
Une petite galaxie qui contient généralement entre un million et quelques milliards d'étoiles. Il n'y a pas de taille officielle en dessous de laquelle on désigne une galaxie comme naine, mais toute galaxie ayant un diametre inférieur à 40000 années lumière peut être considérée comme naine.
Galaxie Spirale
Une galaxie avec des bras spiraux. On en distingue deux types principaux, celles qui ont une barre centrale - SB, et celles qui en sont dépourvues - S (ou SA). Les galaxies spirales sont aussi subdivisées en types a, b, c (et parfois d), selon la manière dont les bras spiraux sont déroulés.
Grande Galaxie
Voir Galaxie.
Groupe de galaxies
Une concentration de galaxies liées entre elle par la gravitation. Le terme de 'groupe' se réfère habituellement à des petites concentrations de quelques dizaines de galaxies, celui d'amas' étant réservé à des concentrations plus importantes.
Harvard Revised Catalog
Voir Bright Star catalog.
Luyten, Wilhelm
Un astronome qui, des années 1930 jusqu'aux années 1980, a découvert des milliers d'étoiles proches dans plusieurs repérages géants y compris le Bruce Proper Motion Survey en 1944 et le Luyten-Palomar Survey conduit dans les années 1970. Il a édité plusieurs catalogues de mouvement apparent y compris le catalogue Luyten (L), le catalogue Luyten-Palomar (LP), le catalogue Luyten Two-Tenths Arcsecond (LTT), le Luyten Four-Tenths Arcsecond Catalog (LFT), et le catalogue Luyten Half-Second (LHS).
Magnitude
Voir Magnitude apparente, Magnitude absolue.
Magnitude absolue
La Magnitude absolue d'un objet est celle que l'on verrait si cet objet se trouvait situé à une distance d'exactement 10 parsecs (=32.6 années lumière ). Une étoile supergéante aurait ainsi une magnitude absolue de -8 tandis qu'une naine rouge faible aurait une magnitude absolue de +16. Le Soleil possède une magnitude absolue de +4.8 - à peu près à mi-chemin des deux extrèmes.
Magnitude apparente
Une mesure utilisée pour indiquer la luminosité d'une étoile dans le ciel. Plus le nombre est petit, plus l'objet considéré est brillant. Les objets les plus faibles visibles dans les télescopes géants ont une magnitude de +30. Un bon télescope portable d'amateur peut voir des objets jusqu'à la magnitude +15. Des jumelles permettent de voir jusqu'à la magnitude +9 et les objets les plus faibles visibles à l'oeil nu ont une magnitude de +6. Les objets très brillants ont une magnitude négative, les étoiles les plus brillantes ont une magnitude de -1.4, la pleine Lune de -12.7 et le Soleil de midi de -26.8.
Magnitude visuelle
Voir Magnitude apparente.
Matière sombre
Les étoiles et nébuleuses visibles ne représentent qu'un petite fraction de toute la matière de l'univers. Le reste est sous une forme qui n'est pas facile à déceler, mais qui doit exister au vu des vitesses des étoiles dans les galaxies et du mouvement des galaxies dans les amas. La matière sombre est probablement constituée de divers types de particules sub-atomiques.
Minute
Voir Minute d'arc.
Minute d'arc
Une mesure pour les petits angles. 1 minute d'arc = 1/60 degré
Mouvement apparent
Le lent décalage des positions apparentes des étoiles proches au fil des ans, du à leur mouvement propre dans la Galaxie. Même les étoiles les plus proches et les plus rapides demandent des siècles pour se déplacer d'un degré dans le ciel.
Naine brune
Une étoile avortée, trop petite pour que des réactions nucléaires puissent se maintenir dans son coeur. Elles doivent être très répandues, mais sont très difficiles à détecter, vue leur trop faible luminosité. Les naines brunes ne sont pas brunes, au début de leur vie elles rayonnent faiblement dans le rouge et palissent par la suite. Une naine brune est plus grosse qu'une planète, et varie entre 10 et 80 fois la masse de Jupiter (soit 0.01 à 0.08 masse solaire). Il y a deux sortes de naines brunes - les plus chaudes (1500K à 2500K) sont du type L; les plus froides (200K à 1500K) du type T. Les naines brunes les plus chaudes sont parfois cataloguées comme des naines rouges de type M très froides.
Nébuleuse
Un nuage interstellaire de gaz et de poussières. Les nébuleuses brillantes rayonnent la lumière du gaz qui les composent (nébuleuse à émission) ou reflétent la lumière des étoiles (nébuleuse à réflection), voir les deux. Les nébuleuses sombres sont des nuages de gaz et de poussières qui ne sont pas illuminés. Les Nebuleuses planétaire sont des coquilles de gaz éjectées par les étoiles en fin de vie.
Nébuleuse Planetaire
Enveloppe de gaz en expansion autour d'une naine blanche. Elle est formée à la fin de la vie d'une étoile géante quand le coeur se contracte et éjecte les couches périphériques de l'étoile en créant ainsi à la fois la naine blanche et la nebuleuse. Le rayonnement intense en provenance de la naine blanche fait briller la nébuleuse. Les nébuleuses planetaires se dispersent en 50 000 ans. Elles sont nommées ainsi parce qu'autrefois, les astronomes les prennaient pour des planètes.
Nom de Bayer
La combinaison d'une lettre grecque et du nom d'une constellation (Alpha Centauri, Epsilon Orionis etc.) utilisée pour identifier les étoiles brillantes. Cette notation fut utilisée en premier par Johann Bayer en 1603. En général, l'étoile la plus brillante de la constellation porte la lettre Alpha, la suivante Beta et ainsi de suite. Quelques étoiles faibles ont reçu un nom composé d'une lettre de l'alphabet latin en minuscule de a à z ou en majuscule de A à Q (p Eridani, N Velorum etc.) Voir aussi Numéro de Flamsteed.
Numéro de Flamsteed
La combinaison d'un nombre et du nom d'une constellation (61 Cygni, 36 Ophiuchi etc.) utilisée pour identifier les étoiles visibles à l'oeil nu. Les numéros ont été introduits dans le catalogue d'étoiles de John Flamsteed publié en 1725. Toutes les étoiles visibles à l'oeil nu n'ont pas un numéro de Flamsteed ainsi que la plupart des étoiles de l'hémisphère Sud. Voir aussi nom de Bayer
Parallaxe
Décalage périodique des positions apparentes des étoiles proches du à la position variable de la Terre sur son orbite autour du Soleil. Plus l'étoile est proche, plus ce mouvement est important. La distance d'une étoile en parsecs est simplement 1/parallaxe, (soit en années lumière 3.2616/parallaxe) si la parallaxe est exprimée en secondes d'arc.
Parsec
Distance à laquelle doit se trouver une étoile pour avoir une parallaxe de 1 seconde d'arc. (En fait, aucune étoile n'est aussi proche). 1 parsec = 3.2616 années lumière.
Quasar
Une galaxie avec un noyau extrèmement lumineux dépassant en luminosité les autres galaxies des centaines de fois. Les quasars se trouvent à des milliards d'années lumière de nous et sont une marque caractéristique de l'univers quand il était beaucoup plus jeune. Leur source d'énergie est sans doute de la matière tombant sur un trou noir supermassif.
Redshift
Une augmentation de la longueur d'onde de la lumière causée par le mouvement de la source lumineuse qui s'éloigne de l'observateur. Les vitesses élevées produisent un grand redshift et ceci permet de mesurer la velocité radiale de la source. Dans un univers en expansion ,les galaxies qui montrent un redshift élevé se trouvent à des distances plus grandes que celles qui ont un faible redshift. Le redshift peut aussi être provoqué par l'immersion de la source dans un champ gravitationnel élevé tel que celui d'un trou noir.
Restes de supernova
Les restes d'une étoile visibles sous forme d'une nebuleuse de gaz en expansion après avoir été éjectés à grande vitesse par l'explosion d'une supernova.
Ross, Frank
Un astronome qui a cherché entre 1925 et 1939 des étoiles qui possédaient un mouvement apparent élevé. Il en est sorti une liste de 1070 étoiles proches.
Seconde
Voir Seconde d'arc.
Seconde d'arc
Une mesure pour les très petits angles. 1 seconde d'arc = 1/60 minute d'arc = 1/3600 degré
Superamas
Une grande concentration de centaines ou de milliers de groupes de galaxies. Les Superamas ont une taille variant entre 100 et 500 millions d'années lumière et sont généralement inclus dans de vastes feuillets et murs de galaxies entourant de grands vides dans lesquels on ne trouve que peu de galaxies. Les superamas se sont formés dans l'univers primordial lorsque la matière s'est regroupée sous l'influence de la gravitation.
Supernova
L'explosion cataclysmique d'une étoile qui peut pendant un temps briller plus vivement qu'une galaxie entière de milliards d'étoiles. Ceci arrive quand une étoile supergéante épuise tout son combustible nucléaire, provoquant ainsi l'effondrement du coeur et le relachement d'une grande quantité d'énergie qui éjecte les couches externes de l'étoile, pour ne laisser qu'une étoile à neutrons ou dans les cas extrèmes un trou noir.
Système stellaire
Une étoile avec ses planètes, lunes, asteroïdes, comètes et la poussière qui gravitent autour.
Taille angulaire
La taille apparente d'un objet exprimée sous forme d'angle. Elle est mesurée en degrés, minutes et secondes.
Trou noir
Le trou cosmique ultime formé lorsqu'une étoile supergéante très massive explose en supernova à la fin de sa vie. L'explosion crée un point superdense dans l'espace dont rien ne peut échapper à l'attraction gravitationnelle. Pour créer un trou noir, une étoile doit avoir une masse d'au moins 60 masses solaires, ce qui donnera un trou noir d'environ 3 masses solaires. Les trous noirs peuvent être décelés par les effets qu'il provoquent sur les étoiles environnantes. On pense que le centre de la plupart des galaxies, y compris la nôtre, abritent un trou noir supermassif qui a du aspirer des milliers d'étoiles.
Temperature
En astronomie, la temperature est mesurée avec l'échelle Kelvin (symbole K) qui vaut °C + 273°. Ainsi une température diurne de 20°C sur Terre est égale à 293K et celle de la surface du Soleil de 5500°C vaut environ 5770K.
Unité astronomique
La distance moyenne de la Terre au Soleil. Une UA vaut 149 597 871 km. C'est une unité souvent utilisée pour les distances dans le système solaire, ou pour l'écartement de deux étoiles dans un système double.
Velocité radiale
La vitesse d'un objet dans la direction de l'observateur. Dans un univers en expansion une galaxie avec une vélocité radiale élevée se trouve en général plus loin qu'une autre qui montre une vélocité radiale plus faible.
Wolf, Max
Un astronome qui a recherché des étoiles avec un grand mouvement apparent entre 1919 et 1931, produisant ainsi une liste de 1566 étoiles proches.
 

Contents Page