Amas d'étoiles et nébuleuses jusqu'à 10000 Années lumière

Voici une carte des principaux amas d'étoiles et nébuleuses jusqu'à 10000 années lumière. La carte est orientée de telle sorte que l'on regarde droit vers le plan de la Galaxie avec le Soleil au centre. Quasiment tous les amas et nébuleuses les plus célèbres sont portés sur cette carte. A cause de tous le gaz et la poussière présents dans la Galaxie, il est très difficile de voir au delà du plan galactique.


La Galaxie jusqu'à 20000 Années lumière

Voici une carte qui montre la partie de notre Galaxie la plus proche de nous, jusqu'à 20000 années lumière environ. Cette carte est un tracé de la position de 4706 objets qui ne se trouvent en principe que dans les bras spiraux de la Galaxie. Ce sont principalement des nébuleuses, des amas d'étoiles jeunes, ainsi que des étoiles jeunes, massives et lumineuses. Les objets indiqués sont :

points blancs:
points jaunes:
cercles bleus:
cercles jaunes:
cercles rouges:
2329 étoiles très lumineuses (références 1, 2, 3 et 4).
421 étoiles variables de type Cépheides (référence 5).
306 amas ouverts agés de moins de 100 millions d'années (référence 6).
88 associations OB (référence 7).
1562 nuages moléculaires (références 8, 9, 10, 11, 12 et 13).

Les nuages moléculaires (indiqués en rouge) sont des nébuleuses de divers types où naissent les étoiles. C'est la seule classe d'objets qui puisse facilement être détectée au delà de 10000 années lumière, parce qu'on peut les voir dans l'infrarouge et les radiotélescopes. Leur distance est estimée en comparant leur vitesse mesurée par rapport à un modèle théorique de rotation de la Voie Lactée. Ce n'est bien sur pas très précis, il est donc difficile de décrire en détail la structure précise des bras spiraux de la Galaxie, en particulier dans sa partie la plus interne.

References utilisées pour le tracé de la carte :

[1]Garmany C, Conti P, Chiosi C, (1982), Catalog of galactic O-type Stars, Astrophys J, 263, 777.
[2]Savage B, Massa D, Meade M, Wesselius P, (1985), A Catalogue of UV Interstellar Extinction 
      Excesses for 1415 stars, Astrophys J Supp, 59, 397.
[3]Kastner J, Forveille T, Zuckerman B, Omont A, (1993), Probing the AGB tip: luminous carbon stars 
      in the galactic plane, Astron Astrophys, 275, 163.
[4]van der Hucht, (2001), 7th Catalog of Galactic Wolf-Rayet stars, New Astronomy Reviews 45, 135.
[5]Fernie J, Beattie B, Evans N, Seager S, (1995), Database of Galactic Classical Cepheids, IBVS No. 4148.
[6]Dias W, Alessi B, Moitinho A, Lepine J, (2002), New catalogue of optically visible open clusters 
      and candidates, astro-ph/0203351
[7]Melnik A, Efremov Y, (1995), New list of OB associations of our Galaxy, Pis'ma Astron Zh, 21, 13.
[8]Blitz L, Fich M, Stark A, (1982), Catalog of CO Radial Velocities toward Galactic H II Regions.  
      Astrophys J Supp, 49, 183.
[9]Caswell J, Haynes R, (1987), Southern HII Regions: an extensive study of radio recombination line 
      emission, Astron Astrophys, 171, 261.
[10]Wouterloot J, Brand J, (1989), IRAS sources beyond the solar circle. I. CO observations, 
      Astron Astrophys Supp, 80, 149.
[11]Codella C, Felli M, Natale V, Palagi F, Palla F, (1994), The occurrence of  H2O masers in HII regions,
      Astron Astrophys, 291, 261.
[12]Molinari S, Brand J, Cesaroni R, Palla F, (1996), A search for precursors of ultracompact HII regions
      in a sample of luminous IRAS sources I, Astron Astrophys, 308, 573.
[13]May J, Alvarez H, Bronfman L, (1997), Physical properties of molecular clouds in the southern outer 
      Galaxy, Astron Astrophys, 327, 325.
Retour au Bras d'Orion